Nourriture pour chiens à l'époque actuelle

Nourriture pour chiens à l’époque actuelle

On considère généralement aujourd’hui, que les chiens sont des descendants des loups. Cependant le passage à l’animal de compagnie n’a pas eu lieu du jour au lendemain.

Du Loup au chien sauvage – phase 1

Une chose est plus ou moins certaine : les ancêtres des chiens d’aujourd’hui étaient des animaux vivant à l’état sauvage qui survivaient de ce que l’environnement leur offrait. Leur menu varié consistait de proies telles que les herbivores (dont les plus petits étaient mangés avec la peau et les cheveux), y compris le contenu de l’estomac et les intestins (céréales, graines et herbe prédigéré – pour les hydrates de carbone), des animaux morts (charognes), des fruits sauvages et des racines.

En plus d’avoir suffisamment de nourriture, la plus importante condition préalable pour survivre c’était d’avoir un instinct bien développé pour reconnaître les bons et nécessaires ingrédients, et lesquelles n’étaient pas utiles, voir même  dangereux. En d’autres termes : le chien sauvage a dû utiliser l’instinct avec lequel il était né afin de pouvoir choisir parmi les diverses substances de nourriture diversifiée.

Le loup (chien sauvage) a suivi l’homme. Les nomades itinérants préhistoriques ont commencé à s’installer de plus en plus et sont devenus des agriculteurs.

 De chien sauvage au chien de basse-cour – phase 2

Des recherches récentes ont démontré un changement génétique chez les ancêtres de nos chiens. Ce changement génétique a permis aux chiens d’adapter leur système digestif à un vaste modèle d’alimentation contenant plus d’amidon. Les chiens errants se sont rapprochés de plus en plus des hommes et ont bénéficié des avantages évidents tels que l’abris, la chaleur, le sécurité et une alimentation régulière.

Au bout de cette période, pas grand chose ne changea au début par rapport au modèle de nourriture variée des ancêtres des chiens. Ce modèle d’alimentation fut renforcé par le fait que le chien sauvage pouvait toujours se promener librement autour de la colonie à la recherche de nourriture.

logo - Group-Of-Dogs-FarmFood-dot-Com.jpg

Dans le village, où le chien avait la possibilité de choisir lui-même de diverses substances alimentaires tels que (surtout) les restes de nourriture de la population, reste de l’abattage comme les abats, les animaux morts, les excréments d’herbivores comme les chevaux ou les moutons et d’autres choses dont le chien savait instinctivement qu’il en avait besoin et qu’il pouvait en manger en toute sécurité. Lorsque la quantité de nourriture disponible n’était pas suffisante, il suivit son instinct et alla à la chasse.

Les choses que le chien de basse-cour mangeait surtout étaient des produits simples que le chien savait choisir pour lui-même. Ce qui importait surtout c’était le  caractéristique inné (instinct) permettant au chien de choisir entre « nécessaire » et « non nécessaire » et d’avoir le choix entre « bon » et « pas bon ». Grâce à cette capacité de choisir, le chien constitua son propre menu et veilla à ce qu’il prenne toujours parmi ce dont il avait besoin et rejeta les choses qui n’étaient pas bons pour lui.

D’animal de basse-cour vers animal domestique – phase 3

Plus le chien  grimpa sur les échelons de la domestication, moins demeura de son modèle d’alimentation naturelle. Le menu du jour lui fut préparé signifiant que le chien ne pouvait plus choisir par lui-même. Le plus grand inconvénient en était que le chien reçut souvent trop d’un seul type d’aliment et trop peu d’un autre.

Au fil du temps beaucoup de recherche scientifique a été menée sur, entre autre, les besoins nutritionnels des chiens et la composition obligatoire de leur menu quotidien. Suite à cela, la commercialisation des aliments pour chiens à vu le jour. Pour atteindre la nourriture commerciale, on pouvait puiser dans les substances alimentaires disponibles et en fournir dans les bonnes proportions, de façon à ce qu’elles correspondent au total des besoins du chien.

Mais l’influence de la concurrence des différents producteurs d’aliments pour chien, le danger surgit, que la nourriture ne soit composée  que d’ingrédients simples auxquels les chiens de phases I et II ne veulent pas s’approcher.

On compense souvent par le rajout d’arômes chimiques et goûts, et comme l’aliment est supposé avoir l’air attrayant (pour les hommes), on y rajoute parfois des colorants  pour donner à la nourriture un aspect de couleur de viande.

Dès lors, lorsque l’aliment est complètement extrudé, afin d’améliorer la digestibilité de ces ingrédients, il existe le risque que l’arôme et la saveur se mélangent, avec un risque supplémentaire de dégâts aux protéines, vitamines et graisses. Ce mélange d’arôme et de goût signifie que le chien n’est plus en mesure de sentir, ni de goûter tous les ingrédients séparément et ne pourra donc sentir que la saveur et l’arôme de la « soupe » globale. C’est tout à fait contraire à la nature du chien et cela pourrait conduire à un rejet de la nourriture comme étant peu appétissant pour le chien.

Par ailleurs, des conservateurs et antioxydants chimiques sont souvent ajoutés afin de donner une conservation plus longue à la « nourriture ». Ces additifs chimiques ont un effet négatif sur la digestion du chien, ce qui se révèlera tout d’abord par des problèmes au niveau de la peau et les poils.

Farm Food alimentation pour chien – alimentation pour chien à l’époque actuelle

Entretemps il est devenu évident que, dans la fabrication des aliments pour chiens, il faut être extrêmement sélectif, surtout dans le choix des ingrédients utilisés. Dans un premier temps ces ingrédients doivent être sélectionnées sur la base de leurs propriétés négatives au lieu de leurs propriétés positives, afin d’éviter la possibilité de substances néfastes entrer dans l’alimentation quotidienne en plus des substances positives. Pour cette raison, des normes très élevées ont à définir pour la pureté de chaque ingrédient unique.

Cela se résume au fait que les chiens en phase I et II seraient heureux de manger tous les ingrédients séparément. Pour cette raison, seuls les ingrédients qui sont destinés à la consommation humaine sont acceptables, en raison des normes élevées requises concernant la qualité et la pureté. Mais cela ne signifie pas que tous les produits qui sont utilisés pour l’alimentation humaine conviennent pour l’alimentation de chiens.

Il va de soi que, outre le choix des ingrédients, la proportion des diverses substances nutritionnelles et autres substances dans les aliments soit importante. La proportion de substances nutritives doit être telle qu’elle correspond complètement aux besoins quotidiens du chien.

Il faut savoir à propos de cette dernière raison , qu’il faut pouvoir s’assurer que les substances nutritives dans l’aliment puissent réellement être digérés et absorbés par le corps des chiens, sans qu’ils soient devenus indigestes du au processus de production et/ou d’autres substances contenu dans les aliments. Un bon exemple qui démontre comment la nature d’un ingrédient peut être changée sous l’influence d’un processus de production c’est la croûte de pain. La farine blanche est devenue brune en raison des températures élevées et a soudainement acquis un goût amer. En d’autres termes: le processus de préparation a créé un nouvel ingrédient totalement différent par rapport à l’ingrédient original.

Le fait d’utiliser que des ingrédients purs, propres à la consommation humaine, explique également la haute teneur en énergie dans les aliments. Cela signifie que le chien exigera moins de nourriture, au niveau de quantité et par conséquent, résultera en un système digestif avec moins de matières à traiter, chose bénéfique pour la santé et le bien-être du chien.

En donnant de la nourriture à votre chien répondant à ces conditions, vous êtes arrivé à nouveau de retour au modèle d’alimentation des phases I et II. Dans le cas échéant où la composition de la nourriture sous tous ses aspects n’est pas seulement réduits aux besoins alimentaires du chien, mais ciblé sur son total bien être, cela implique que la nourriture est plus que l’addition de ses ingrédients (la nourriture est holistique), grâce à quoi votre chien prospère, ce qui se voit au niveau de son pelage et de sa peau, son bien être, sa vitalité et sa bonne santé.

« A l’époque actuelle » le choix de l’alimentation n’est plus affaire de votre chien(s), mais c’est la vôtre. Et  si on peut retenir la chose essentielle à propos de votre chien, c’est clairement notre devise qui est  « les chiens d’abord! ».

Print Friendly, PDF & Email