Hydrate de Carbone dans la nourriture de chien.

Hydrate de Carbone dans la nourriture de chien.

Régulièrement des rapports négatifs sont publiés sur divers types de sources de glucides dans les aliments pour chiens (surtout le blé et le maïs). Est-ce que ces affirmations sont correctes ou est-ce qu’elles ont gagné du terrain à force de répétition ? Ou est-ce que leur origine se trouve dans la commercialisation et la promotion, imaginées par des gens en menant ainsi les lecteurs sur une mauvaise voie ?

Le régime d’origine

Le régime alimentaire des ancêtres de nos chiens, les loups, était très diversifié. Ce régime variait des herbivores, vu qu’ils pouvaient attraper de petits rongeurs, des carcasses, des excréments d’herbivores tels que les chevaux et ainsi de suite, en fait, toutes ces substances alimentaires dérivées de mangeurs de plantes et de graines. Ces graines proviennent principalement de divers types d’herbe. Le nom générique de ces graines d’herbe c’est le grain. (https://fr.wikipedia.org/wiki/Grain).

Nul n’ignore que les loups, dès qu’ils ont tué un grand animal du pâturage, mangent tout d’abord le contenu de l’estomac, y compris les plantes et les graines à moitié digérées. Si par exemple ils attrapent une souris ou un lemming, celui-ci sera consommé en entier, y compris l’estomac et le contenu intestinal.

Cela se résume au fait qu’une partie de l’alimentation consistait/comprenait des hydrates de carbone (des plantes et graines à moitié digérées). Les glucides, tout comme les protéines et lipides, sont essentiels au niveau du régime alimentaire des loups et donc aussi à celui de l’alimentation de nos chiens.

Farm-Food - Ancient-Pharaoh-and-his-Canis-Lupus-Familiaris-Dog-hunting-together.pngEtant donné que les ancêtres de nos chiens, recherchaient de plus en plus de la nourriture parmi des populations (des nomades et chasseurs) pour se nourrir, ils s’adaptèrent lentement à un type d’alimentation contenant plus d’amidon et moins de viande. Des recherches génétiques récentes ont révélé qu’il existe des différences entre les loups et les chiens par rapport à la digestion de l’amidon.

Cette recherche génétique est décrite dans la revue « Nature » sur 23 janvier 2013, intitulée:  “The genomic signature of dog domestication reveals adaptation to a starch-rich diet”.

(Ability to digest human foods important in domestication of dogs)

Pendant le processus de domestication, le système digestif des ancêtres des chiens s’est lentement adapté à la digestion d’amidon parce qu’à l’instar des gens, ils ont souvent dû se contenter principalement de pain et de bouillie. Au moins, il était facile pour les gens de stocker des graines. Ainsi, une grande partie du régime des premiers chiens contenait des glucides, provenant de graines.

Les hydrates de carbone sont transformés en glucose, nécessaires pour un bon fonctionnement corporel du chien.

Pour les chiennes porteuses qui allaitent, il est même primordial que le régime comprenne une certaine quantité d’hydrates de carbone. Lorsqu’une chienne reçoit trop peu de glucides au cours de la grossesse et de l’allaitement, la chance de survie des chiots sera faible.

De ce qui précède, il est évident que depuis les origines, les semences (c’est-à-dire des grains) ont constitué une part importante du régime des loups et même plus encore dans le cas du régime des ancêtres de nos chiens.

Mais dès lors, pourquoi y a-t’il des gens tellement négatifs au sujet des grains dans les aliments pour chiens?

A plusieurs reprises référence est faite ci-dessus à des végétaux et grains « à moitié digérés ». Si l’amidon contenu dans les graines (grains) n’a pas été suffisamment prédigéré, les hydrates de carbone (dû à l’intestin court des chiens), ne seront pas suffisamment digestibles au niveau de l’intestin grêle et arrivent crus (sous forme d’amidon) dans le gros intestin. C’est ici qu’a lieu la fermentation, entraînant la formation de gaz et de la diarrhée. Dans la nature, les graines sont effectivement préalablement digérées par des enzymes et des bactéries se trouvant dans le système digestif (estomac et intestins) de la proie.

Afin de pouvoir utiliser les graines crues dans les aliments pour chiens (et autres produits contenant de l’amidon, comme les racines et tubercules), ils doivent donc être « prédigérés », en d’autres termes: l’amidon doit être « débloqué » afin que les hydrates de carbone soient accessibles pour mieux être  digérés au niveau de l’intestin du chien. Même pour les hommes, dont les intestins sont proportionnellement sept fois plus longs, les racines, les grains crus et les tubercules (pommes de terre, par exemple), sont impossibles ou difficiles à digérer, entraînant la formation de gaz, des crampes intestinales et de selles aqueuses.

Cette « rupture » ou « déblocage », de l’amidon se produit lorsque le produit est réchauffé (cuit) pendant un certain temps.

Vu que ce déblocage est insuffisant à cause d’une durée de chauffage trop courte, particulièrement durant l’extrusion (boulettes croquantes qui flottent sur l’eau), des problèmes de digestion surviennent, accompagnés de troubles intestinaux.

En raison de ces problèmes, les gens ont tendance à considérer tous les aliments contenant des céréales comme mauvais. Toutefois lorsque le grain (riz, maïs, blé et similaires) est correctement débloqués, ce seront de précieuses sources d’éléments nutritifs essentiels.

Une autre raison pour laquelle les gens parlent négativement des grains, est le sujet d’allergie au gluten. L’allergie au gluten (maladie cœliaque) ne peut être causée que par des grains contenant la substance «  gliadine » comme par exemple du blé, mais  cette allergie se produit moins chez les chiens qu’on ne le suppose en général. Souvent les problèmes intestinaux décrits ci-dessus sont le résultat d’un déblocage incomplet des graines et sont interprétés comme « allergie au gluten » Le mais, le riz ni le sorgho ne contiennent de gliadine.

En résumé:

  1. Dans la nature, les céréales (graines) font partie de la nourriture des loups, ancêtres des chiens.
  2. Des recherches (fin 2012, début 2013) ont révélé que le système digestif des ancêtres de nos chiens s’est adapté au cours de la domestication à un modèle d’alimentation contenant plus d’amidon et moins de viande.
  3. Les chiens ont besoin de glucides.
  4. Les grains (de toutes sortes) sont une excellente source de glucides
  5. Le grain doit être entièrement « débloqué », afin d’éviter de devenir une source de  problèmes.
  6. Farm Food n’utilise que les graines qui ont été correctement débloquées à l’avance (maïs, blé, riz et sorgho).
  7. Le maïs, le riz et le sorgho ne contiennent pas de gliadine et par conséquence, ne peuvent pas causer des « allergies au gluten ».
  8. Prétendre que les graines sont mauvaises n’est nullement fondé sur des faits, bien au contraire!

(c) Maart 2013 – ing. Gerrit de Weerd.

Print Friendly, PDF & Email